Accueil / Articles publiés parBernard Pichon (Page 2)

Author: Bernard Pichon

Tourisme pollueur ou providentiel ?

tourisme responsable
D’un côté, l’industrie touristique (transport, hébergement, restauration…) représente à elle seule 8% des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale. De l’autre, elle constitue aussi 10% du PIB mondial. Pour certains analystes, le tourisme constitue donc un formidable levier de développement durable qui, si nous en prenons soin, peut demain devenir une véritable chance pour l’ensem...
Voir la suite

Le boom des hôtels capsules

capsule hôtel
Originaires du Japon, les hôtels capsules proposent de dormir dans une sorte d’alvéole plutôt confinée. Créés à la fin des années 70, ils hébergent des cadres en costume cravate adeptes de soirées tardives et arrosées, ou encore des salariés qui ont manqué le dernier train pour rentrer chez eux. Depuis quelques années, ces hébergements de dépannage se développent, d’abord dans les aéroports pu...
Voir la suite

Aviation commerciale : sécurité record en 2019

crash aérien
Voyager en avion n’a jamais été si sûr. Selon les données de l’Aviation Safety Network (ASN), l’année 2019 est la troisième la plus sûre depuis le début des vols commerciaux à travers le monde. Vingt accidents ont provoqué la mort de 283 passagers et membres d’équipage l’année dernière. C’est deux fois moins qu’en 2018. Les données publiées portent sur les vols civils de plus de 14 sièges effe...
Voir la suite

Italie : et maintenant, le sous-tourisme à Venise !

Acqua alta
La Sérénissime pleure aujourd’hui ses hordes de badauds. Un mois après l’acqua alta historique, les professionnels du tourisme sont aux abois. Les images ont fait le tour du monde. Un désastre avant les fêtes :  les annulations atteignent un pic inédit de 45 % . La nuit du Nouvel an, quand tous les hôtels affichent habituellement complet,  le taux de réservation est inférieur à 50 %. Mi-nov...
Voir la suite

Thaïlande : protégeons les éléphants !

Les camps pour éléphants thaïlandais - boycottés par des tour-opérateurs occidentaux - se métamorphosent par dizaines en «sanctuaires» ou «refuges». Mais ces appellations dissimulent un juteux business où le dressage reste souvent brutal. Dans l’est du pays, on brise toujours leur esprit pour les soumettre au mahout (le dompteur), et les forcer à interagir avec les visiteurs. Dès deux ans, ...
Voir la suite
Haut