Accueil / Actualités / Grèce : 2015, année record pour le tourisme

Grèce : 2015, année record pour le tourisme

Publié le
Thessalonique tourisme
Thessalonique, un éden pour papillons de nuit

L’arrière-saison s’avère idéale pour profiter de l’authenticité hellène et se laisser surprendre par tout ce qui – en dehors des plages et monuments – peut justifier une escapade automnale : l’éclat des orangers, la douceur du climat, la qualité d’une gastronomie faisant la part belle aux produits naturels et goûteux. En prime : un incroyable rapport qualité-prix lorsqu’on reçoit l’addition.

Au même titre que les destinations européennes tendance, les grandes villes comme Thessalonique ont de quoi faire vibrer les noctambules, dans un esprit toutefois moins trash que Barcelone ou Ibiza. On est au Sud: on sort tard, on se promène en toute sécurité, et qu’il s’agisse d’exprimer spleen ou exubérance, on chante et on danse jusqu’à pas d’heure.

Selon sa Ministre du Tourisme, cette année 26 millions de touristes auront visité la Grèce, contre 21,5 millions l’an passé. Une nouvelle réconfortante dans la conjoncture actuelle. Le seul point noir reste la fréquentation domestique qui continue à pâtir de la situation économique intérieure. Pour attirer des visiteurs en dehors de la saison estivale, la Grèce met en valeur ses régions, son patrimoine culturel et religieux. Une dizaine de grands projets d’hôtels de luxe sont en développement dans différentes régions: à Rhodes, Corfou, Athènes.

Tout ces arguments n’ont pas échappé à easyJet, qui relie notamment Bâle à Thessalonique, considérée en Grèce comme la capitale du bien manger. De Genève, on peut emprunter Austrian Airlines, qui dessert la même destination, mais via Vienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut