Accueil / Actualités / Pas de surtourisme à la Biennale de Venise

Pas de surtourisme à la Biennale de Venise

Publié le
Biennale Venise
L’art contemporain ne cesse de provoquer polémique et réflexion

Comme on sait, Venise – le bijou de l’Adriatique – reçoit 30 millions de visiteurs chaque année. Ces invasions ne nuisent pas uniquement à l’atmosphère romantique ; elles polluent et génèrent une surchauffe immobilière provoquant l’exode des locaux.

Il est pourtant tout à fait possible d’échapper à la foule en pleine saison. Il suffit simplement de s’écarter des pôles d’attraction – Place St-Marc, Pont Rialto, axes principaux – ou les fréquenter tôt le matin ou en soirée.

Aux atouts traditionnels de Venise – et à sa Mostra de septembre – s’ajoute encore cette année l’attractivité de la Biennale (jusqu’en novembre). Paradoxalement, l’espace est si vaste qu’on s’y promène sans le moindre sentiment d’envahissement. Cette vaste foire artistique aligne 90 pavillons aux Giardini et dans le périmètre de l’Arsenal, la plupart occupés par un pays qu’un ou plusieurs artistes sont chargés de représenter…une géopolitique d’un genre particulier, avec des œuvres mettant l’accent sur le changement climatique, la condition des migrants ou un monde de résistance, comme celui des vidéastes suisses Pauline Boudry et Renate Lorenz, qui animent des danseurs en marche arrière. Si la participation la plus remarquée semble être celle du Ghana, l’Egypte décroche la palme du kitch avec son installation faite de sphinx en carton-pâte doré, intégrant un écran vidéo à la place du visage.

Railtour propose actuellement des forfaits train/hôtel particulièrement avantageux pour Venise. On peut aussi réserver le train et l’hôtel séparément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut