Accueil / Actualités / Pourquoi pas un Noël à Lausanne ?

Pourquoi pas un Noël à Lausanne ?

Publié le
Lausanne, Suisse
Noël à Lausanne

Voici ce que Le Parisien (Christophe Levent) propose à ses lecteurs :

 » Et si pour Noël, on allait voir ailleurs ? Pas très loin, juste de l’autre côté de la frontière, à Lausanne. En moins de quatre heures en train depuis Paris, vous voilà au bord du lac Léman. Entre les bateaux, les cris des mouettes et les longues esplanades, on pourrait presque se croire à la mer, si ce n’étaient les sommets alpins qui se découpent à l’horizon. Cet entre-deux contribue bien sûr au charme de la capitale du canton de Vaud. Mais elle en possède bien d’autres. A Noël notamment où ses rues, toujours pentues, se parent de mille lumières et de marchés, dans une ambiance de fête « à la suisse ».

« Ici, les marchés de Noël, ce n’est pas tout à fait comme chez vous. Il y a quelques stands de marchands, mais c’est surtout l’occasion de se retrouver entre amis, autour d’un verre et de spécialités », prévient David Werlen, de l’office de tourisme. Il a visé juste. Dans les cinq marchés que propose la ville jusqu’à fin décembre, les petits chalets déclinent chocolats, miel, bijoux, ou encore créations de designers locaux, sous des arbres étincelants de petites étoiles.

Mais les lieux les plus fréquentés restent les grandes tentes qui abritent, comme sur la place Saint-François, au pied de l’église, des bars et restaurants éphémères. Debout ou installé sur des rondins de bois, on y déguste des litres de vin chaud ou de chasselas, le vin blanc local, en se rassasiant entre copains de fondue ou de raclette, servie simplement avec cornichons et pommes de terre. Place de l’Europe, un vaste et très chaleureux igloo, aménagé de canapés posés devant une cheminée, permet de savourer les spécialités vaudoises, et surtout de succulentes fondues.

Entre deux étapes culinaires, il faut aussi prendre le temps de flâner pour découvrir les œuvres du festival « Lausanne lumières ». En plus des décorations de Noël, 14 installations d’artistes contemporains illuminent les rues ou les monuments. Comme ce cœur géant qui palpite sur la place centrale, ce chemin de lumière qui serpente sous les arcades de Saint-François ou ce gazon géant et phosphorescent installé sur un toit…

Pour poursuivre la balade gourmande, il faut sortir un peu de la ville et s’offrir un petit tour dans les vignobles. Vous connaissez les vins suisses ? Sans doute pas beaucoup : toute la production, 85 millions de litres tout de même, est consommée sur place… Le canton de Vaud est l’une des principales zones de production, et il suffit d’une dizaine de minutes en train depuis Lausanne pour rejoindre le vignoble de Lavaux. Un paysage extraordinaire de terrasses, classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007, qui plonge littéralement dans le lac Léman, et que l’on peut admirer depuis des points de vues ou arpenter au long de sentiers balisés. « On a l’habitude de dire ici que le raisin d’ici reçoit trois soleils : le soleil direct, sa réflexion dans le lac, et celle sur les murs de pierre des parcelles », explique David Werlen.

Cépage roi en Suisse, le chasselas, appelé plutôt « fendant » dans le Valais, donne des vins toujours vifs, pouvant aller du plus fruité au plus minéral, selon les parcelles. A Lavaux, l’AOC Dézaley grand cru recèle une étonnante complexité et peut vieillir un bon moment. Les crus locaux se marient bien sûr à merveille avec les fondues et la raclette…

Mais la production de la région ne se limite pas au chasselas. A 20 minutes en voiture du centre, à Allaman, les vignes du Château Rochefort, propriété de la ville de Lausanne, donnent également des rouges et des rosés qui régalent les amateurs, dans un paysage qui n’est pas sans rappeler la Bourgogne. Des bouteilles à ramener pour étonner vos convives un soir de réveillon.

D’une balade gastronomique à une balade culturelle, il n’y a qu’un pas à Lausanne. Siège du Comité international olympique et de nombreuses fédérations internationales, la ville accueille sur les bords du lac le musée Olympique. Ouvert en 1993, unique au monde, il retrace toute l’histoire de l’olympisme, de ses origines à aujourd’hui, à travers des documents et des objets exceptionnels, ayant appartenu à des athlètes de légende. Dans le parc, une piste de 100 m vous permet de se mesurer virtuellement à Usain Bolt… Bonne chance !

Parmi les autres incontournables : le musée de l’Elysée, entièrement dédié à la photographie. Il possède un fond exceptionnel de 45 000 tirages et préserve les dons de Charlie Chaplin, Sabine Weiss ou encore René Burri. Il fonctionne par expositions temporaires, comme en ce moment et jusqu’au 27 janvier celle du photographe chinois Liu Bolin.

Enfin, Lausanne abrite également l’une des plus importantes collections d’art brut au monde, installée dans le château de Beaulieu : quelque 60 000 œuvres, dont 700 montrées en permanence, une partie provenant du legs de l’artiste Jean Dubuffet « .

(Source : Le Parisien)

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut