Accueil / Actualités / Tourisme en Iran : faut-il boycotter ?

Tourisme en Iran : faut-il boycotter ?

Publié le
Iran tourisme
Un sublime héritage culturel à découvrir

Avec l’arrivée au pouvoir du modéré Hassan Rohani, l’image du pays tend à s’améliorer, quand bien même il reste beaucoup à réformer au vu des entorses (euphémisme !) encore faites aux droits de l’homme et à la condition  féminine, surtout. D’après les chiffres officiels, le tourisme aurait augmenté de 35% à la fin mars 2014, rapportant six milliards de dollars depuis 2013. Actuellement, un peu moins de cinq millions de personnes visitent le pays annuellement, mais ce sont essentiellement des pèlerins chiites se rendant au lieu saint de Qom, au sud de Téhéran. Avec 17 sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco, le pays regorge de beautés à explorer. Persépolis –  fondée en 518 av-J.C. – est sans aucun doute l’exemple de ce qui peut faire office d’aimant. On envisage aussi de proposer un tourisme balnéaire, notamment sur l’île de Kish, dans le Golfe persique. Ouvrant doucement ses frontières au tourisme, l’Iran devrait améliorer ses infrastructures.

A votre avis, faut-il envisager de s’y rendre ou, au contraire, entretenir un boycott jusqu’à une amélioration plus sensible du contexte sociopolitique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut