Malgré la pandémie de la Covid-19, les palaces se multiplient à Bangkok, alors que la Thaïlande a vu le nombre de visiteurs internationaux passer de près de 40 millions en 2019 à 6,7 millions en 2020.

« Un homme capable d’offrir un hôtel à une femme n’est jamais le premier venu. »
La Veine – Alfred Capus

Une certaine idée du luxe, vu par Bangkok

L’année 2020 a en effet vu l’inauguration de près d’une douzaine d’hôtels de luxe dans la métropole asiatique. Des inaugurations en total décalage avec la situation du tourisme en Thaïlande. La fermeture des frontières du pays en raison de la pandémie puis les exigences financières élevées mises en place par le gouvernement pour venir dans le pays se sont traduits par un effondrement de la demande.

Dans ce contexte difficile, le Four Seasons a fait son grand retour à Bangkok. Le groupe avait perdu son ancienne propriété en 2015, lorsque le Four Seasons Ratchadamri – était devenu le Anantara Siam Bangkok Hotel & Spa. On a récemment célébré l’ouverture d’une propriété de grand luxe à proximité du fleuve Chao Praya dans le quartier historique de Charoen Krung. Le nouveau Four Seasons comporte 299 chambres, six restos, bars et cafés, un centre de remise en forme et des espaces événementiels.

En mai a été aussi ouvert le Kempinski Sindhorn Hotel, seconde propriété de la marque à Bangkok. L’hôtel est situé dans un jardin privé et offre 285 chambres, quatre restaurants et bars, un spa ainsi que des espaces de réunion.

A quelques mètres du Kempinski a été également inauguré en octobre le Kimpton Maa-Lai Bangkok.
La propriété offre 362 chambres et suites ainsi que 131 appartements en résidence hôtelière.
Quatre restaurants, un centre de fitness et des jardins complètent l’offre.

Octobre a également vu l’ouverture du Capella Hotels and Resorts Bangkok le long du fleuve Chao Praya.
La propriété propose 101 chambres, suites et villas avec un prix débutant autour de 600 dollars la nuit.
Un très grand luxe pour la chaîne américaine, qui a réussi pour l’instant à capter une clientèle locale et fortunée. Clientèle qui, de fait, ne peut plus se rendre en Europe ou au Japon.

C’est sur la haute bourgeoisie locale que compte pour l’instant ces établissements de grand luxe. Le gouvernement offre de fait de substantielles mesures de soutien aux touristes locaux, fait de discounts ou de subventions pour séjourner en hôtels ou visiter certaines régions. Une politique qui a pourtant ses limites car beaucoup de Thaïs font face à des difficultés économiques.
Reste donc l’espoir d’une réouverture touristique du pays dans le courant 2021. Le Royaume a déjà fortement allégé les dispositions d’entrée dans le pays en renonçant à réclamer la preuve d’un compte en banque fourni (15 000 dollars minimum) et en rétablissant les visas gratuits. La quarantaine obligatoire de 14 jours en hôtel reste pourtant un obstacle majeur à une reprise. Mais l’arrivée du vaccin devrait aider à normaliser les mouvements de visiteurs.
Les estimations tablent sur sept à dix millions de touristes internationaux en 2021, avant une très forte reprise en 2022. Et la possibilité pour hommes d’affaires et autres visiteurs de bénéficier d’une offre hôtelière exceptionnelle… D’autant que d’autres ouvertures sont dans les starting- blocs cette année.

(Source : Voyages d’affaire)